Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 65, septembre-octobre 2009 > Discussion

Discussion

Campagne contre les licenciements, ou campagne pour le droit à l’emploi ?

Mis en ligne le 4 octobre 2009 Convergences Politique

Toute une discussion a eu lieu ces derniers mois parmi les camarades du NPA sur l’opportunité ou non de fixer comme objectif à cette campagne une loi (interdisant les licenciements ou pour un emploi stable), afin paraît-il d’être mieux « crédible » et « compris » auprès des travailleurs, et de mieux « légitimer » leur bon droit face au patronat. Pour l’instant, le dernier Conseil politique national (CPN) du Npa semble surtout s’être contenté de concilier tout le monde en éludant momentanément la question.

La fraction l’Étincelle de LO fait partie de ceux qui pensent effectivement que prétendre se battre pour une telle loi situerait notre campagne contre les licenciements sur un terrain électoraliste et non sur le terrain de la lutte de classe. L’interdiction des licenciements, c’est une question de rapport de forces, et il importe qu’une campagne sur ce thème argumente concrètement auprès des travailleurs sur les moyens effectifs d’y parvenir, sans distiller des illusions sur l’obtention d’une loi parlementaire. Pour l’heure donc, les formulations avancées par le NPA pour définir cette campagne laissent penser que la question n’est toujours pas tranchée. Tout d’abord, la campagne « contre les licenciements » initialement prévue s’est édulcorée au fil des mois en « campagne pour l’emploi » (CPN de juin dernier), puis « pour le droit à l’emploi » [1] (CPN de septembre).

Bon nombre d’arguments avancés pour décliner cette campagne reprennent d’ailleurs ceux des camarades qui militaient pour cette proposition de loi. Double page centrale du TEAN du 10 septembre, sous le titre NPA Arguments : «  Le droit de licencier doit être supprimé. En cas de diminution de la production, le temps de travail doit être réduit… », et plus loin, « la précarité… doit être interdite (…) L’intérim… doit être interdit… », « L’emploi est un droit qui doit être garanti  » Le droit de… doit être…, doit être encore… Par qui ? Comment ? L’argumentaire est moins prolixe, en dépit d’une brève conclusion sur le besoin d’un mouvement d’ensemble, d’une grève générale et de « l’unité » sans préciser ce qu’on entend exactement par là. Sous la rubrique (saluons l’intitulé) Interdire les licenciements , on trouve malheureusement une curieuse argumentation (reprise dans la résolution du CPN) peu en rapport avec le sous-titre : « Il faut reporter la responsabilité totale d’une suppression de poste de salarié sur le patronat qui se décharge de ses responsabilités. Un fonds de financement mutualisé, à la charge du patronat, doit, dans tous les cas, permettre le maintien des salaires… » Ce dernier argument est repris quasi textuellement des formulations des camarades de la tendance Convergences et Alternative qui prônent une proposition de loi. Passons sur la formulation alambiquée censée être « mieux comprise » par les travailleurs. Mais responsabiliser le patronat ! Expliquer aux travailleurs… qu’il se « décharge de ses responsabilités » ! Comme si les exploités devaient s’en remettre à la responsabilité des patrons ! Mauvais début comme appel à la révolte ! Responsabiliser le patronat, donc, grâce à une loi ? Qui le contraindrait à mutualiser ses bénéfices au profit des travailleurs ? Pour le coup, voilà un programme pour « le droit à l’emploi », sinon de campagne militante immédiate, du moins de future campagne électorale propre à satisfaire sans trop de réticences des interlocuteurs parfaitement respectueux du système capitaliste.

Certes, l’argumentaire du NPA et la résolution du CPN, présentent aussi incidemment quelques formulations plus lutte de classe, quoi que, à chaque fois, avec leur part d’ambiguïté. Mais visiblement, tout le contenu de cette campagne tel qu’il est décliné vise plus à convaincre « d’un choix de société » (comme diraient tout aussi bien Marie-George Buffet que Jean-Luc Mélenchon, voire d’autres…), qu’à « légitimer » et « crédibiliser » auprès des travailleurs la nécessité de faire converger les luttes et résistances en cours. Ce qui aboutit à une sorte de saupoudrage de requêtes multiformes visant sans doute à satisfaire les différentes sensibilités politiques du Nouveau parti anticapitaliste, au risque de les mécontenter toutes !

Bien entendu, la Fraction l’Étincelle de LO qui a approuvé dès le début l’initiative d’une véritable campagne contre les licenciements mènera (et mène déjà) cette campagne avec nos camarades du NPA, mais en privilégiant dans son argumentation (telle qu’elle est développée par ailleurs dans ce même numéro) les arguments visant à convaincre les travailleurs des voies et moyens d’une mobilisation d’ensemble.

28 septembre 2009

Huguette CHEVIREAU


[1Cf. La résolution d’activité de rentrée du CPN des 20 et 21 septembre : « … le sens de la campagne décidée par le Npa pour imposer le droit à l’emploi »

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 65, septembre-octobre 2009

Mots-clés