Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > décembre > 1er

Agriculture : les petits paysans, laissés pour compte du système

1er décembre 2021 Brève Économie

Ce 1er décembre, le gouvernement présente en Conseil des ministres un projet de loi sur l’assurance-récolte. Il s’agirait, pour les pouvoirs publics, de prendre en charge une partie des primes des deux tiers des agriculteurs qui ne sont pas couverts par des assurances privées. En effet le changement climatique affecte de plus en plus l’agriculture. Les paysans ont ainsi vu leurs champs, vignobles, vergers ou élevages souffrir d’un manque d’eau à l’été 2020, d’un gel tardif en avril dernier, d’un surplus d’eau l’été dernier, etc. Et ces épisodes, qui se répètent de plus en plus souvent, sont parfois ponctués de grêle, voire d’inondations ou de mini-tornades. Or les deux tiers des exploitations, essentiellement les petites, ne sont pas, ou mal, assurées. Beaucoup de petits paysans gagnent chaque mois moins que le smic et ne peuvent donc acquitter des primes d’assurance au coût prohibitif. Et, en cas de catastrophe naturelle, ils mettent la clé sous la porte. Si le projet de loi pourra ponctuellement aider certains petits paysans, il reviendra, au bout du compte, à abonder avec de l’argent public les bénéfices des compagnies d’assurances privées, qui seraient les grandes gagnantes de cette réforme. Pour aider véritablement les petits paysans à s’en sortir, il faudrait exproprier et nationaliser les trusts agro-industriels et des machines agricoles, les groupements d’achat de la grande distribution et les compagnies d’assurances qui les prennent à la gorge. Mais on ne peut évidemment pas compter sur un gouvernement des riches pour le faire.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés