Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 112, mars-avril 2017 > Présidentielle 2017 : Philippe Poutou, candidat ouvrier

Présidentielle 2017 : Philippe Poutou, candidat ouvrier

Fillon à la maison de retraite : rhabillé pour l’hiver

Mis en ligne le 5 avril 2017 Convergences Politique

François Fillon était l’invité de « L’émission politique » sur France 2, mardi 21 mars. Pour l’émission, il était envoyé en visite dans un Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Bry-sur-Marne, où il a rencontré le personnel. Les salariés en ont profité pour lui dire… toute leur colère.

« On bosse déjà 39 heures… vous imaginez la pénibilité ? ». « On est 2 pour 84 patients la nuit, il faut embaucher ! ». « Mais si vous supprimez des postes d’administratifs, qui c’est qui va faire le boulot ? ». « En tous cas vous avez trouvé la solution pour les retraites, parce que nous, on va pas y rester longtemps en retraite ! ». En face, visiblement excédé, Fillon, qui pioche allègrement dans les deniers publics, a osé rétorquer qu’il faudrait travailler plus sous peine de creuser la « dette »…

Marisa, l’une des aides-soignantes qui étaient présentes, est revenue ensuite pour L’Obs sur cet « échange » : « L’épuisement professionnel, ça il s’en fout. Tout ce qui lui importe c’est sa dette. Sur le dos de qui ? des pauvres, encore une fois. Le respect, la dignité de la personne, il a rien compris… parce que 8 minutes par toilette (auprès des patients), c’est pas possible. À 65 ans, c’est impossible pour une aide-soignante de travailler encore. Les résidents qui arrivent ils sont souvent plus jeunes que 65 ans ! Lui… il rigolait… Il est bien loin de la réalité ! ».

On saura se souvenir de ce passage à l’Ehpad, M. Fillon, dans quelques années, quand vous serez résident !

Mots-clés : |

Imprimer cet article Réagir à cet article