Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2014 > octobre > 27

Précarité à l’anglaise : zéro vie

27 octobre 2014 Brève

Le Royaume-Uni se vante de la reprise économique et d’un taux de chômage de 6,2 %. L’envers du décor ce sont plus d’1,4 million de salariés qui vivent le cauchemar des contrats zéro heure, contrat légal qui oblige à être disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, parfois dans l’heure qui suit, sur simple appel par SMS de l’employeur pour 7,30 euros de l’heure. Ce contrat-voyou massivement présent dans la restauration ou l’hôtellerie ne garantit aucun temps de travail minimum. Le salarié peut travailler 12 heures un mois et 45 heures le mois suivant selon le bon vouloir patronal. Angoisse permanente de ne pas avoir assez d’heures de travail pour vivre, dépendance totale vis-à-vis de l’employeur, impossibilité de rien prévoir, voilà le nouveau servage que les patrons anglais ont trouvé comme alternative au chômage.

Imprimer cet article Réagir à cet article