Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 50, mars-avril 2007 > DOSSIER : Les riches : comment, toujours plus riches, ils raflent toute la (...)

DOSSIER : Les riches : comment, toujours plus riches, ils raflent toute la mise

Les riches : comment, toujours plus riches, ils raflent toute la mise

Mis en ligne le 23 mars 2007 Convergences Société

Le classement 2007 des plus grandes fortunes du monde par le magazine Forbes [1] apprend que le nombre de milliardaires dans le monde s’accroît de plus en plus vite : 153 nouveaux membres du club en 2006, contre 102 en 2005. « La richesse afflue vers le top du top. Vers une tête d’épingle de moins de mille personnes. Elles détiennent 3 500 milliards de dollars, un montant deux fois supérieur au PIB de la France, ce qui est inouï, mais surtout en hausse de + 35 %, sept fois plus vite que la croissance mondiale », commente le journaliste économiste du Monde Éric Le Boucher.

Mieux : plus on est riche, plus vite on s’enrichit. Selon le même article [2], aux États-Unis par exemple, le revenu des 10 % les plus riches a crû de 58 % entre 1966 et 2001. Celui des 1 % les plus riches de 121 %. Celui des 0,1 % les plus riches de 236 %. Celui des 0,01 % les plus riches de 617 %. « On peut déplorer que 2 % de la population mondiale possède la moitié des avoirs industriels, financiers, immobiliers de la planète, tandis que la moitié la plus pauvre de l’humanité ne possède que 1 % de la richesse », poursuit le même journaliste, habituellement chantre inconditionnel de l’économie capitaliste.

Plus instructif encore : selon les mêmes sources, les 0,1 % des plus fortunés américains possèdent aujourd’hui 5 % de la richesse du pays. En 1971, les 0,1 % avaient 0,5 % des richesses… et 4,5 % en 1916. « Autrement dit », poursuit le journaliste qui déplore qu’en France les statistiques manquent ou sont gardées secrètes, « constituant un vrai scandale », « nous revenons à un capitalisme du XIXe siècle. L’opéra et les masures, l’or baroque et la saleté. »

Regardons donc de plus près ce qui se trame du côté de ce sommet de la pyramide sociale : Pourquoi les riches le sont-ils de plus en plus ? D’où la bourgeoisie tire-t-elle ses revenus ? Comment fait-elle pour les pérenniser ? Autant de questions qui méritent un détour.

15 mars 2007


[1Cf. Le Monde du 11 et 12 mars 2007, pp. 12 et 25.

[2Qui se réfère aux calculs de Thomas Piketty et Emmanuel Saez dans The Evolution of Top Incomes, Working Paper, 2006, National Bureau of Economic Research)

Mots-clés :

Imprimer cet article Réagir à cet article