Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 61, janvier-février 2009

Editorial

La crise et la guerre : les bons vœux du capitalisme

Mis en ligne le 10 janvier 2009 Convergences Politique

Il y eut des débuts d’année qui se prêtaient aux souhaits lénifiants et gentillets des bonnes âmes réformistes : des tas de choses clochaient dans ce monde mais, tout de même, des tas de signes encourageants montraient qu’on était sur la voie du progrès, de la paix et de la démocratie.

Les voilà servies. En ce commencement de 2009, nous avons et la crise et la guerre. Et toutes deux portées dans l’ensemble du monde par le soi-disant camp des démocraties justement. Toutes deux aussi intimement liées qu’au début de l’ère impérialiste quand, il y a cent ans, Jaurès expliquait que le capitalisme portait en lui la guerre comme la nuée l’orage.

Certes, l’intervention militaire d’Israël contre les Palestiniens de Gaza au moment où la crise économique s’étend et s’approfondit pourrait sembler une simple coïncidence. L’Etat israélien n’a jamais eu d’autre politique que de tenir les Palestiniens sous sa botte, depuis des décennies, crise ou pas crise. Mais elle se fait avec l’approbation ouverte des Etats-Unis et celle implicite et plus hypocrite de l’Europe, France en tête. Et le fait que, dans ce contexte de crise mondiale, les Etats-Unis, déjà embourbés en Irak et en Afghanistan, aient donné le feu vert à leur base avancée dans la région pour étendre encore le conflit est aussi un avertissement du monde impérialiste à tous les opprimés et exploités de la planète.Gaza est la préfiguration d’une situation qui s’étend depuis quelques mois au monde entier : exclusion, chômage, effondrement de l’économie, misère et famine. Or Gaza ne s’incline pas devant ceux qui sont responsables de ses maux. Voilà pourquoi sa population est bombardée, mitraillée, envahie et occupée.

Au sein même des pays impérialistes, nous ne faisons que commencer à prendre la voie où ceux du tiers monde sont déjà bien avancés. Avec la crise, nous sommes probablement entrés dans une nouvelle période dont nous n’avons encore vu que les premières conséquences. Elles sont déjà catastrophiques – licenciements, fermetures d’usines, précarisation de millions de travailleurs jetés à la rue – mais la suite risque de l’être encore bien davantage. Souvenons-nous des vingt années qui ont suivi 1929.Bien sûr, ici, les gouvernements ne font pas encore donner l’armée contre ceux qui se révoltent. Seuls les flics pour l’instant. Quoiqu’en Grèce, contre les lycéens et les étudiants, le gouvernement aurait, paraît-il, été tenté aux moments les plus chauds…

N’importe. Au regard de ce que la bourgeoisie et ses gouvernements sont prêts pour défendre leur domination (et dont ils nous font la démonstration, pour l’instant, aux dépens des peuples du reste du monde) les solutions prônées par la gauche institutionnelle (partis ayant soi-disant un vague programme socialiste ou centrales syndicales représentant, paraît-il, les intérêts des travailleurs) sont tout à fait dérisoires : bien voter, bien négocier, faire grève à tour de rôle ou débrayer une journée en respectant la propriété et les règlements des patrons, au mieux descendre dans la rue pour manifester gentiment et calmement notre désapprobation…La classe capitaliste nous mène la guerre depuis toujours. Elle est prête aujourd’hui à la porter à un niveau supérieur. Si nous ne sommes pas prêts à la porter à ce même niveau, nous serons immanquablement vaincus et écrasés. C’est dans les périodes de crise que l’adage du vieux mouvement ouvrier, socialiste, communiste ou anarchiste, redevient pleinement d’actualité : si nous voulons le progrès, la paix et la démocratie, préparons la révolution.

4 janvier 2009

Mots-clés : |

Imprimer cet article Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !