Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Autres archives > Les articles dans « Lutte de Classe » > 2004 > janvier > 16

L’accord LO-LCR : un engagement

16 janvier 2004 Politique

Depuis quelques mois un nouveau spectre est apparu, « les extrêmes  ». Car « les extrêmes » aujourd’hui sont toujours pluriels. Que ce soit dans les colonnes du Monde ou celles du Figaro, ou même ces derniers temps de L’Humanité, pas une analyse où l’on ne s’interroge sur la possibilité de nuisance des « extrêmes ». Pas une interview non plus d’un cacique de la politique, du socialiste Jacques Delors au gaulliste Jean-Louis Debré, qui n’évoque les « extrêmes » pour souligner le danger qu’ils représenteraient et conjurer leurs amis politiques de se montrer raisonnables et conciliants s’ils ne veulent pas tomber dans le piège.

L’amalgame
L’amalgame entre l’extrême droite et l’extrême gauche, à défaut d’être justifié, est constant et systématique. Et comme personne, même le plus obtus des journalistes ou des politiciens, ne peut croire une seconde que pour les intérêts des possédants que défendent la gauche comme la droite, le milliardaire Jean-Marie Le Pen représente la même menace (même si elle n’est que potentielle, pour le moment) qu’Arlette Laguiller ou Olivier Besancenot, il faut chercher ailleurs les raisons de la vogue actuelle des « extrêmes ».
Pas chercher très loin d’ailleurs, en cette année électorale. Le seul point commun de l’extrême gauche et de l’extrême droite, au demeurant opposées en tout, c’est de menacer de prendre des voix, voire des sièges aux sortants. Et s’il est vrai que droite et gauche peuvent se sentir toutes deux menacées, et par l’extrême droite et par l’extrême gauche, c’est parce que leur électorat populaire à l’une comme à l’autre peut, par rejet du parti auquel il adhérait jusque-là, basculer d’un côté comme de l’autre.
Les résultats du premier tour des présidentielles d’il y a deux ans ont en effet laissé des traces, que n’ont effacées ni le deuxième tour ni les législatives qui ont suivi. Les partis traditionnels, de gauche comme de droite, se sentent de plus en plus déconsidérés ou méprisés, voire haïs. Et ce ne sont pas les deux ans de gouvernement Raffarin, et sa litanie de réformes qui sont autant de coups contre la majorité de la population, qui ont pu faire remonter la cote des politiciens.
Voilà qui explique leurs tractations, tergiversations, hésitations, les recompositions et les ruptures, les alliances et les mésalliances annoncées un jour, démenties le lendemain et reconfirmées la semaine suivante. A droite comme à gauche on pèse, on calcule, on suppute ses chances et celles des autres, en particulier des alliés éventuels qui peuvent tout aussi bien devenir des adversaires possibles.
Voilà qui explique que François Bayrou ait du mal à faire avaler à une partie des troupes de l’UDF de se présenter en concurrence avec l’UMP. Un succès de la première aux dépens de la deuxième servirait sans doute les ambitions présidentielles de son chef, mais un échec local pourrait bien éliminer quelques notables, qui jugent leur avenir mieux assuré par une union de la droite dès le premier tour.
Voilà qui explique aussi que dans bon nombre de régions, PCF ou Verts vont s’intégrer dès le premier tour sur les listes du PS. Après la déculottée subie par Lionel Jospin en 2002, Verts et PCF ont, à qui mieux mieux, critiqué la politique de son gouvernement (en oubliant même souvent qu’ils en avaient été partie prenante sans réserve), pris leur distance avec leurs ex-alliés du PS, pas eu de mots assez durs pour cette erreur qu’aurait été la « gauche plurielle ». Aujourd’hui, c’est pourtant dès le premier tour que vont fleurir les listes PS-PCF-Verts : un retour de la gauche plurielle, en plus rapide encore qu’au temps où elle s’était formée !
La loi empêche dorénavant une liste qui n’aura pas au moins 5 % des voix au premier tour de se mélanger avec une autre. L’alternative pour un Jean-Claude Gayssot dans le Languedoc-Roussillon - par exemple, mais il n’est pas le seul - était donc de tenter sa chance en se présentant séparément au premier tour pour, fort d’un éventuel bon résultat, négocier à meilleur compte une liste commune avec le PS au second, ou de s’incliner dès le premier par crainte de n’avoir pas les 5 % et donc rien à négocier finalement. La crainte de ne pas avoir 5 % ! C’est dire à quel niveau certains dirigeants du PCF estiment la popularité de leur parti (au point d’ailleurs, d’après certains militants PCF de la région Languedoc, d’avoir honteusement trafiqué les résultats du référendum interne au parti afin de prétendre avoir l’aval de la majorité). Et il en est de même chez les Verts.

Une raison de croire en l’extrême gauche
C’est dans ce contexte que l’alliance LO-LCR est une excellente chose. Indispensable même.
Nul ne peut certes affirmer à coup sûr que l’extrême gauche va ainsi attirer une partie des électeurs écœurés par la droite et la gauche, ceux qui font l’expérience de la politique d’un gouvernement de droite mais se souviennent aussi de celle, pas si lointaine, d’un gouvernement de gauche, ceux qui savent que d’un côté comme de l’autre on ne réserve aux salariés, aux pauvres, aux couches populaires que des coups. Mais c’est quand même ainsi qu’elle se donne une chance de le faire : en apparaissant assez responsable pour s’unir quand elle se trouve d’accord. Or, comme le prouve la profession de foi commune, la LCR et LO sont d’accord sur les axes d’une campagne qui s’adresse au monde du travail, sur un programme qui correspond aux intérêts de celui-là.
Sans autre alternative, les électeurs populaires - et en particulier parmi eux les travailleurs politisés, voire les militants ou ex-militants de gauche, syndicalistes ou PCF - démoralisés, désillusionnés ou en colère, soit referont mais sans y croire le geste de voter pour la gauche, soit plus sûrement, comme le craignent la gauche et la droite elles-mêmes, s’abstiendront ou même voteront pour l’extrême droite. Mais pour que l’extrême gauche leur ouvre une autre perspective, il faut qu’elle leur donne des raisons de croire en elle, ou en tout cas de regarder vers elle et d’aller voir de son côté. Apparaître uni quand on trouve des bases d’accord, c’est-à-dire se montrer sérieux et responsable, en est une. Peut-être pas suffisante, l’avenir le dira, mais en tout cas nécessaire, surtout pour une extrême gauche qui a, à juste ou mauvais titre, la réputation inverse.

L’engagement
Faire campagne en commun sur un programme qui correspond aux intérêts des travailleurs et leur propose des objectifs pour sortir de la situation où les capitalistes ont réduit aujourd’hui le monde du travail, est un engagement à plus long terme. Au moins implicite, et même explicite quand on dit, comme le font LO et la LCR à juste titre, que ces objectifs ne seront pas atteints par des élections mais par les luttes.
Certes si les résultats électoraux sont médiocres, cet engagement sera sans valeur. Cela signifierait qu’un faible nombre y a vraiment prêté attention et que l’extrême gauche n’a pas réussi à donner confiance en elle. Même ses électeurs, peu nombreux, n’attendront alors pas beaucoup d’elle. Les autres travailleurs encore moins. Et les deux organisations pourront se sentir libres de vaquer chacune de leur côté, sans plus se préoccuper ni de l’une de l’autre, ni des suites à donner à la campagne, puisque celle-ci n’aura été qu’un épisode sans lendemain. Cela d’autant plus que, dans les deux organisations, les courants ou les militants qui étaient soit hostiles à l’accord soit réticents pèseront à nouveau dans ce sens. Le passé, y compris récent, a montré que c’était même la tendance naturelle de la majorité de l’une et de l’autre. Ces courants auront de plus le prétexte d’un échec électoral. On peut compter qu’il soit présenté sans nuance ni qualification.
En revanche si les résultats sont bons, si le nombre de voix, sinon d’élus, est important à notre échelle, cela signifierait alors que nous avons atteint notre but, que nous avons touché un nombre important de ces travailleurs démoralisés, écœurés, en colère et qu’ils ont prêté attention à l’extrême gauche. Et c’est alors que se posera le problème d’honorer l’engagement pris dans et par la campagne.
Car ces électeurs, qui ne peuvent manquer d’être au moins un peu requinqués par le résultat, constatant qu’ils sont nombreux à regarder dans la même direction, attendront qu’il y ait une suite. Et du coup, probablement d’autres aussi qui n’auront pas voté pour les listes LO-LCR, s’ils sont impressionnés par les résultats. Pas forcément des miracles, pas la révolution pour demain, ni même un bouleversement du paysage politique en France, comme la constitution d’un grand parti ouvrier communiste révolutionnaire (pour cela il faudra un afflux important de forces militantes nouvelles, tout le monde le sait, y compris ceux qui sont impatients de voir naître ce parti ; même de très bons résultats peuvent ne pas apporter cet afflux tant espéré). Mais ils attendront en tout cas que l’extrême gauche, à qui ils auront montré un certain intérêt sinon une certaine confiance, continue à exister, se montrer, avoir une politique et des interventions, en particulier sur les questions qu’elle aura agitées pendant plusieurs mois : le chômage, les licenciements, les salaires, la défense de la Sécurité sociale, bref tous les problèmes qui vont se poser de façon aggravée au sortir des élections régionales et européennes. Car sous les promesses de Chirac, il y a les réformes du gouvernement. Raffarin et ses ministres ne nous l’ont pas envoyé dire.
Alors, l’extrême gauche toute entière serait au pied du mur. Heureusement, l’accord actuel LO-LCR incite à l’optimisme quant à sa capacité de faire face à ses responsabilités et ses obligations.
Qu’elle soit dans la situation d’avoir à rendre compte à une partie des travailleurs qui aurait voté pour elle, à répondre aux pressions de ses électeurs, serait bien en tout cas la meilleure des hypothèses et pour elle, et pour le mouvement ouvrier, et pour l’ensemble des travailleurs. C’est une raison pour faire en sorte que la campagne électorale pour les listes LO-LCR soit la meilleure, la plus large et la plus efficace possible.

Mots-clés : | |

Réactions à cet article

  • Il faut de bonnes raisons pour voter et appeler à voter aujourd’hui. Cela ne peut consister seulement à mettre beaucoup de bulletins dans l’urne pour s’opposer à des politiques qui nous écrasent toutes : Chirac, le PS et ses clones, le FN, les chasseurs, etc. on connait déjà ! L’extreme-gauche elle est beaucoup moins connue (meme de ses électeurs qui n’attendent pas mieux que de voir des militants dans leurs villes et villages). L’accord LO-LCR semble un peu une répartition des zones d’influence, il y manque encore la volonté de construire une organisation plus forte numériquement et structurée sur de véritables idées internationalistes. Quelles sont les questions les plus déterminantes pour notre avenir : l’exploitation, le chomage, le racisme, la guerre ? Le tout n’est-il pas étroitement lié : le profit capitaliste avec la propriété privée des entreprises, l’abandon des services publics avec la concurrence entre trusts, le racisme et la guerre avec le nationalisme ? Chaque fois qu’une question n’est pas abordée de façon globale, le gouvernement trouve une faille pour diviser la classe ouvrière.

    Réagir à ce message

Imprimer cet article Réagir à cet article