Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 80, mars-avril 2012 > DOSSIER : Protectionnisme « Made in France » : fausse solution, vraie (...)

DOSSIER : Protectionnisme « Made in France » : fausse solution, vraie arnaque

Encore une fois : « Travailleurs de tous les pays, unissons-nous ! »

Mis en ligne le 25 mars 2012 Convergences Politique

Une chimère, la solidarité internationale des travailleurs ? Pourtant, rien n’a été plus efficace que leurs grèves pour diminuer la concurrence que les ouvriers des pays à bas coût exercent à leur corps défendant. À l’été 2010, celles de la région de Canton ont obtenu des augmentations des salaires allant jusqu’à 65 %. À l’été 2008, celles de Mahalla El-Koubra d’un côté, et celles de Gafsa de l’autre ont constitué le prélude aux soulèvements de l’Égypte et la Tunisie. 20 000 ouvriers du cuivre de Papouasie viennent de contraindre le trust américain Freeport à augmenter leurs salaires de 50 % à l’issue de trois mois de grève, et ce malgré une répression sans merci. Ces succès ne nous doivent certes pas grand-chose, à nous, travailleurs des pays riches. Mais, pour peu que des équipes militantes l’organisent, la solidarité redevient vite un geste naturel, dans l’intérêt bien compris des travailleurs de tous les pays : en témoigne le succès des collectes aux portes des usines Renault lors de la grève de leurs camarades roumains de la filiale Dacia au printemps 2008. Là aussi, les salaires avaient été relevés de plus de 26 %...

L’ouverture de nouvelles usines dans le Tiers-Monde est plutôt une bonne nouvelle. Pas parce que nous souhaitons aux habitants de ces pays de connaître les « joies » de l’exploitation, mais parce que cela accroît encore la puissance numérique de la classe ouvrière, et donc sa capacité à renverser le capitalisme. Notre perspective est le partage du travail entre tous, à l’échelle du monde. Il est aberrant que des pans entiers de la population mondiale vivotent de petits boulots ou soient contraints au chômage pendant que d’autres s’usent la santé au travail. Seuls les travailleurs, en s’emparant des usines, pourront décider de la meilleure localisation de la production en fonction de ce qui est rationnel d’un point de vue économique, social et écologique, et non en vertu du profit.

M. P.

Imprimer cet article Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 80, mars-avril 2012