Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2015 > novembre > 30

Déserts médicaux : un choix gouvernemental

30 novembre 2015 Brève

Selon l’ordre des médecins, 192 zones de vie totalisant 2,5 millions d’habitants sont des déserts médicaux. Il s’agit souvent de zones rurales, mais aussi de sous-préfectures ou de quartiers populaires dans les grandes villes comme Marseille.

Depuis des années, les gouvernements de gauche et de droite ferment des bureaux de poste, des gares, des écoles… Les médecins suivent l’exemple et n’ont alors plus envie de s’installer dans ces zones, soit qu’ils n’ont pas envie d’y galérer eux aussi, soit, plus prosaïquement, qu’en bons médecins libéraux ils estiment qu’ils n’y gagneront pas assez.

Y suppléer ? Non, répond le gouvernement. De la part de l’État, l’austérité dans les services publics c’est aussi l’austérité dans la santé publique : suppression de personnels et de services dans les hôpitaux, de dispensaires.

Imprimer cet article Réagir à cet article