Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 71, octobre 2010 > Luttes contre les licenciements et les suppressions d’effectifs

Luttes contre les licenciements et les suppressions d’effectifs

Dans notre courrier : Le lycée agricole d’Auzeville, en périphérie de Toulouse, lutte pour obtenir des postes

Mis en ligne le 23 octobre 2010 Convergences Société

L’enseignement agricole (dénomination « historique », qui recouvre des enseignements « technologiques » autour de la production agricole et alimentaire, des biotechnologies et des activités en zones rurales) est en butte à une diminution de ses moyens et, comme partout, la situation atteint un niveau critique :

  • Les salariés sont soumis à une pression de travail toujours croissante qui provoque la « souffrance au travail » que tout le monde connaît ; pendant ce temps, les commissions régionales « santé au travail » se multiplient, on se doute avec quelle efficacité !
  • La réussite des élèves aux examens s’en ressent, du fait des nombreuses heures de cours perdues.

À la rentrée il manquait des postes d’enseignement, de laboratoire, de vie scolaire, d’administratifs, d’infirmerie qui étaient encore pourvus l’année dernière ; tous les cours ne pouvaient être assurés, non plus que les tâches administratives essentielles à la vie de l’établissement. Une assemblée générale a décidé d’appeler les personnels à refuser d’assurer le travail incombant aux postes non pourvus, d’informer les élèves et leurs parents de la situation par un tract, d’interpeller le DRAF (Directeur Régional de l’Agriculture et de la Forêt), responsable régional de l’enseignement agricole.

Une deuxième assemblée générale, le 21 septembre, a fait le point des avancées obtenues : quelques temps partiels pour les postes qui touchent les élèves au plus près (enseignement, laboratoire), cela sans doute pour éviter que les parents et les élèves fassent chorus avec les personnels. Les propositions concernant les postes administratifs sont indigentes : quelques contrats CAE (« Contrats d’accompagnement dans l’emploi ») extrêmement précaires et nécessitant un encadrement et une formation que ne peuvent assurer les titulaires déjà surchargés.

Un blocage du lycée a été voté pour les 23 et 24 septembre : cours non assurés et médias locaux alertés. L’administration n’aime pas qu’on fasse des vagues : le Directeur régional a donc couru au ministère de l’Agriculture pour gratter quelques fonds de tiroir.

Nouvelle AG le 7 octobre : sur les trois demi-postes supplémentaires proposés, l’un est d’une qualification insuffisante, et les deux autres n’auraient un financement assuré que jusqu’au 31 décembre ! Les personnels, les élèves, les parents ont décidé de ne pas se satisfaire de cette aumône… et s’en vont manifester leur mécontentement devant la DRAF vendredi 8 octobre.

A.P., mère d’élève, Toulouse.

Mots-clés :

Imprimer cet article Réagir à cet article