Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 38, mars-avril 2005

D’accord... pas d’accord...

Mis en ligne le 7 mars 2005 Convergences Politique

Ci-dessous, quelques extraits de courriers ou courriels arrivés à notre boîte postale ou notre site. Convergences Révolutionnaires ouvre ses colonnes aux opinions ou réactions de ses lecteurs, qui comprendront qu’une place réduite nous oblige à n’en publier que l’essentiel.


Votre image du PCF est fausse

Je suis marxiste léniniste, et en lisant cet article (« Du mythe à la réalité » dans le dossier « Où va le PCF », NDLR) j’ai été choqué plus d’une fois.

Ce qu’il faut savoir, c’est que L’Humanité bénéficiait avant d’une aide de l’État, mais depuis Sarkozy plus rien, le journal doit se débrouiller par ses propres moyens. Ensuite, il y a une censure de la presse vis-à-vis du parti. Je me suis souvent rendu compte lors de débats que le journal local tout comme le national disait de quels bords étaient les personnes qui parlaient sauf pour le PCF.

Enfin je tiens à dire que l’image que tu as du PCF est fausse. On est loin d’un parti stalinien tel que le disent beaucoup... c’est un parti qui fait beaucoup de choses, un parti marxiste léniniste. J’ai assisté à des réunions du PCF et je peux te dire qu’ils sont loin de ne « rien foutre ». Évidement, à cause des censures, on n’entend pas parler du PCF à la télé sauf pendant les élections, on n’entend pas non plus ce qu’ils font au niveau local. Et pourtant je peux te dire qu’en ce moment je vois le PCF lutter pour une affaire de destruction de tout un quartier ouvrier qui sera remplacé par des habitations de riches, et les pauvres devront partir dans les villes voisines. Et à mon grand regret, il n’y a que le PCF qui lutte, le PS ne fait rien, mais LO-LCR non plus.

Au lieu de critiquer les partis politiques qui défendent les mêmes causes que vous, oubliez vos différends et unissez vous !

28 décembre 2004. M. T.


Le Non d’extrême gauche : pas une trahison, mais de l’opportunisme

Quel que soit le résultat de ce référendum, les travailleurs n’ont rien à y gagner - ni à y perdre. Il n’y donc aucune raison d’appeler à voter Non à cette Constitution. Dire qu’un Non donnerait une « victoire morale aux travailleurs », c’est leur prêter des illusions qu’ils n’ont même pas (tout laisse à penser que le taux d’abstention va être très élevé dans l’électorat populaire). Dans ce type de scrutin, on ne peut même pas dire que les élections servent à se compter.

Craindre de ne pas apparaître politiquement correct aux yeux du milieu politicien de gauche et d’extrême gauche... ce qui est la seule « justification » au fait d’appeler, même du bout des lèvres, à voter Non, n’est certes pas une trahison. En termes politiques, cela s’appelle simplement de l’opportunisme.

19 décembre 2004. M.

Mots-clés :

Imprimer cet article Réagir à cet article