Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 45, mai-juin 2006 > DOSSIER : Premier recul du gouvernement : le CPE enterré… restent le CNE et (...)

DOSSIER : Premier recul du gouvernement : le CPE enterré… restent le CNE et la précarité

Chronologie

Mis en ligne le 25 avril 2006 Convergences Politique

16 janvier : Dominique de Villepin annonce la création du contrat première embauche (CPE) réservé aux moins de 26 ans assorti d’une période d’essai de deux ans.

31 janvier : Premières manifestations syndicales et étudiantes pour le retrait du CPE.

7 février : 400 000 personnes (selon les syndicats) manifestent dans toute la France.

9 février : Villepin a recours à l’article 49-3 de la Constitution pour imposer le projet de loi sur l’égalité des chances.

16 février : Nouvelles manifestations alors que les vacances ont débuté le 4.

23 février : Nouvelle journée d’action des syndicats de lycéens et étudiants alors que les vacances ne se terminent que le 6 mars.

7 mars : Entre 396 000 (selon la police) et plus d’un million de personnes (selon la CGT) manifestent. Villepin propose « d’enrichir » le CPE.

9 mars : Le projet de loi sur l’égalité des chances est définitivement adopté par le Parlement.

10 mars  : L’UNEF recense 45 universités en grève sur 84 ; le ministère 8 totalement bloquées et 26 autres perturbées.

11 mars : Les CRS évacuent dans la nuit la Sorbonne. La coordination de Poitiers appelle à continuer la mobilisation.

12 mars  : Sur TF1, Villepin propose des « garanties nouvelles » pour les jeunes.

15 mars : 46 présidents d’université sur 49 appellent Villepin et les organisations étudiantes à renouer le dialogue.

16 mars : Les manifestations réunissent près de 500 000 personnes. 58 sur 84 universités touchées par le mouvement.

18 mars : Troisième journée nationale de mobilisation, 1,5 million de manifestants, un tiers de plus que le 7 mars.

19 mars : Villepin exclut tout retrait du CPE.

20 mars : La coordination nationale des étudiants appelle à la grève générale.

21 mars : Les syndicats appellent à une journée de manifestations et grèves le 28 mars.

22 mars : Nicolas Sarkozy prend ses distances avec Villepin

23 mars : De 220 000 à 450 000 étudiants manifestent. Violents affrontements à Paris. 90 gendarmes et policiers blessés, 630 interpellations.

28 mars : Près de 3 millions de manifestants. Villepin se dit « ouvert » à des modifications mais « pas d’ordre législatif ». Sarkozy propose une « suspension » durant des négociations.

29 mars : Lycéens et étudiants mettent en place des barrages routiers. L’intersyndicale décide d’appeler à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le mardi 4 avril comme l’a proposé la coordination.

30 mars : Étudiants et lycéens bloquent la circulation automobile, des voies ferrées et des aéroports. À Paris, 2 000 lycéens et étudiants envahissent la gare de Lyon.

31 mars : Au moment où Chirac annonce la promulgation de la loi mais la réduction de la période d’essai à un an et le droit de connaître le motif de son licenciement, des rassemblements dans plusieurs villes appelés par la coordination se transforment en manif durant la nuit.

2 avril : La loi sur l’Égalité des chances instituant le CPE est publiée au Journal officiel.

4 avril : Journée nationale de 3 millions de manifestants.

10 avril : Enterrement du CPE.

18 avril : levée des derniers blocages de facs.

Mots-clés :

Imprimer cet article Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 45, mai-juin 2006

Mots-clés